Cet article se sent bien seul sans commentaire(s) postés en bas de page

30 personne(s) aiment cet article depuis le 16/09/2014

Sorties de pêche à la perle

Gary et la pêche à la perle dans la sambre de l’abbaye d’Aulne

Les préparatifs pour la pêche à la perle avec Gary

Ce jour, une sortie de pêche à la perle est organisée avec Gary. Elle va s’effectuer au lieu-dit le Trou d’Aulne. Cependant, un dilemme se pose à nous, car Gary ne sait pas se lever tôt. Mais dans le même temps, il aimerait venir pêcher avec moi au Trou d’Aulne. Après plusieurs discussions, nous trouvons un terrain d’entente exceptionnel. Je vais prendre ses affaires de pêche et les entreposer dans ma barque.

Il faut savoir que pour se rendre au pied du déversoir de l’abbaye, l’un des seuls moyens d’accès est en barque. Bien entendu, il est toujours possible d’y aller à pied, mais avec du matériel, cela semble très compliqué.

Je me lève donc très tôt, et sans perdre un instant, je me dirige vers mon garage où repose ma voiture. Elle est déjà en grande partie bien chargée avec le matériel. Il ne me reste plus que quelques petites choses à charger. Comme le moteur, la batterie, et bien entendu, l’essentiel qui est la nourriture.

Le rituel avant une journée de pêche à la perle avec Gary

Lorsque tout est enfin prêt, il ne me reste plus qu’à rejoindre dans un premier temps l’abbaye d’Aulne. Arrivé sur place, je dois tout décharger et tout mettre dans ma voiture. Cela demande toujours beaucoup d’efforts, car cette fois-ci, j’ai avec moi les affaires de Gary. Heureusement, cela se résume en un seul voyage.

Quand tout est enfin chargé, que les amarres sont lâchées, il reste encore deux étapes. La première est bien entendu de me rendre sur place. La deuxième étant de trouver une place correcte afin que Gary ne puisse pas avoir trop de difficultés à monter dans la barque lorsqu’il arrivera.

Finalement, je parviens à dénicher une petite place au milieu des arbres. Dans ce cas de figure, s’attacher et s’immobiliser est un jeu d’enfant. Bien entendu, avant de bien me stabiliser, je prends le temps de vérifier que le courant est correct. Si le courant est trop faible, je remonte encore plus vers le barrage. Dans le cas contraire, j’irais me placer plus bas. Pour la pêche à la perle, il faut trouver le bon courant, au risque de voir sa sortie de pêche partir en fumée. Vous vous rendez bien compte qu’avec une telle expédition, une telle erreur est impardonnable.

Une fois bien amarré, je commence à déballer mon matériel, tout en faisant attention que je dois laisser la moitié de la barque pour Gary. Il aime prendre ses aises en plus.

Trouver la perle rare pour une pêche fructueuse

Lors des premières coulées très près de la barque, à environ 2 mètres, je ressens déjà que le poisson est présent. Dans un tel cas de figure, cela est plutôt facile. Car il va juste falloir que je trouve la bonne plombée, mais aussi de la bonne perle. Pour l’instant, je n’ai pas encore très bien compris ces tocs au niveau de la Ligne sans que le poisson ne veuille mordre.

La première étape que j’effectue, c’est bien entendu au niveau de la plombée. Comme le courant est parfait et que le fond est de 2 mètres, je sais parfaitement ce que je dois faire. J’ajoute donc directement deux plombs à ma ligne avec l’indicateurs. Sans plus attendre, voici enfin le premier gardon. On peut dire que cela a été assez rapide. Comme toujours, le premier retourne à l’eau.

Ce n’est qu’à ce moment que je place ma bourriche dans l’eau, qui est bien évidemment déjà prête. Par coutume, je ne place jamais ma bourriche dans l’eau avant le premier poisson.

Les gardons se suivent les uns derrière les autres

Les gardons se suivent les uns derrière les autres, la cadence est plutôt bonne. Mais je sais que je peux faire mieux, je vais donc commencer à changer de perle, car ce n’est pas parce que cela mord que je continue à pêcher avec la perle qui est sur l’hameçon.

Pour rappel, j’ai toujours avec moi mon pack de 30 perles. Pour certains, cela semble beaucoup, mais je peux vous dire que lorsque j’ai la bonne plombée, le bon fond, etc., le changement de perle se passe relativement vite. En effet, je ne vais pas commencer à effectuer 10 coulées avec une perle. Au bout de 3 coulées, j’ai déjà une idée bien précise, je passe donc en revue une dizaine de perles. Je vous assure que très souvent cela en vaut la peine. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé ce jour, puisque la meilleure perle n’était pas la bleue, mais une perle noire de 3 mm à facette.

L’arrivée de Gary pour cette sortie de pêche à la perle.

Derrière moi, j’entends subitement du bruit. Voilà enfin mon ami Gary. Bon, il va falloir effectuer des manœuvres pour aller le chercher le plus près possible du bord. Bien entendu, je dois faire attention aussi de ne pas faire trop de bruits et de rester ancré dans un arbre.

Une fois Gary dans la barque, il suffit de laisser faire les choses, et la barque reprend sa place. Pendant que Gary s’installe, je mange mes tartines.

Gary est un pêcheur de chenevis, je dirais même un très bon pêcheur de chenevis. D’ailleurs, je le vois mal très mal perler. Au premier coup d’œil, je sais déjà qu’il n’est pas fait pour cela.

Une fois que Gary est prêt, je peux à mon tour reprendre ma sortie de pêche. Bien évidemment, durant tout le temps que j’ai mangé, j’ai continué à agrainer de façon régulière. Il faut jamais arrêter de grainer, c’est une grave erreur que beaucoup de pêcheurs commentent.

Gary capture enfin son premier

Ah, Gary prend son premier gardon, suivi d’un deuxième, et ainsi de suite à chaque coup de ligne, il a une attaque et bien souvent il se fait voler son grain de chenevis.

Je dois dire que s’il avait un poisson à chaque raté, il prendrait le double de mes prises.

Mais il perd beaucoup de temps à recharger sa ligne. De mon côté à la perle, pas besoin de recharger, c’est vraiment dans des moments pareils que l’on se rend compte de la puissance de la pêche à la perle. Les gardons sont tellement mordeurs qu’ils se jettent sur les Lignes.

Gary n’a pas le temps de lancer sa ligne qu’il se fait manger, ce qui ne l’empêche pas de prendre des gardons bien évidemment. Mais la quantité de poisson entre nous deux varie du simple au double, avec bien entendu l’avantage pour la pêche à la perle.

Les heures défilent, et mon compteur s’emballe, mais Gary comble son retard et revient doucement à ma hauteur. Il faut dire aussi que j’ai quelques soucis avec des brèmes qui ont cassé ma ligne. Mais bon, faut rester bon joueur, et ensemble nous parvenons à totaliser 250 gardons en 7 heures de pêche, ce qui nous fait 18 poissons de moyenne chacun à l’heure. Visite mon facebook

Le membre Phil-le-perleur a pêché à Abbaye d'aulne le 16 septembre 2014
dans sambre
Conditions météorologiques Soleil
Le membre a pêché avec Perle

La sortie a débuter à 07:00 heures et s'est terminée à 14:0 heures

La durée de la séance de pêche a été de 7h00 pour un total de 124 poissons

La moyenne des captures est de 18 poissons par heure

le détail des prises

122 gardon(s)

2 bréme(s)

Nombre de jours restants pour visualiser les données météorologiques avancées 17 jours.

Pour rappel

Pour continuer à profiter de ce service, il faudra absolument poster 3 sorties de pêche par an avec des photos.

Vous devez être connecté pour voir les conditions météorologiques avancées. Connectez-vous ici.

Laisser un commentaire

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com