Cet article se sent bien seul sans commentaire(s) postés en bas de page

80 personne(s) aiment cet article depuis le 06/04/2024

divers

La pêche du gardon à la perle et les 4 saisons

Les 4 saisons et la pêche du gardon à la perle

Voici une nouvelle question qui a été posée sur mon site. Je vais essayer de répondre du mieux que je peux. Cette questuin est la suivante y-a t-il des saisons pour la pêche à la perle du gardon ? Dans un premier temps, et comme tout le monde le sait, il y a quatre saisons. Bien entendu ce sont des périodes de l’année qui sont différentes les unes des autres.

Car bien entendu, il ne faut pas seulement prendre en compte les saisons. Il y a tellement de choses qui peuvent influencer l’activité des poissons, et pas seulement lors de la pêche à la perle.

Sans avoir encore mené jusqu’à présent aucune étude concrète, je dirais que les phases lunaires et la pression atmosphérique peuvent jouer un rôle assez important dans la pêche. Comme toujours, chacun ira de ses propres observations.
Je vais donc dans cet article vous expliquer ce que je pense de tout cela. Sans prendre en compte les phases lunaires et la météo.

l’hiver la saison la plus dur

Comme dans chacun de mes articles, je vais vous expliquer ce que je constate dans le bassin que nous avons à la maison. Celui-ci fait plus de 20 m3, ce qui est déjà un bel espace. Puisque en certains endroits, il y a même plus d’un mètre cinquante de fond.

Une des premières choses que chacun d’entre nous peut remarquer, c’est que durant l’hiver, tout se met en mode sommeil. Que cela soit les animaux ou encore la nature. On dirait que l’on a appuyé sur le mode pause durant ces longs mois. D’ailleurs, même nous, on est moins enclin à réaliser des choses, on parle aussi de beaucoup de personnes qui tombent en déprime. En règle générale, on préfère rester chez soi et sortir le minimum.

La chose que je remarque dès le départ, c’est que le poisson est nettement moins actif. Il ne vient même pas chercher à manger, comme il le ferait durant les autres saisons. Mais dès que la température remonte un peu, on voit que les poissons aiment venir se réchauffer. Ils sont aussi moins craintifs, on dirait qu’ils dorment et qu’ils essaient de dépenser le moins d’énergie possible. Bien entendu, j’ai déjà fait le test de lancer quelques graines, mais rien n’y fait…

Effets de la température sur la pêche à la perle

Cela est déjà une bonne piste pour notre enquête. Pour commencer, il ne faut pas prendre en considération la température extérieure, mais bien celle de l’eau. Une question à se poser : pourquoi les poissons, en règle générale, ne sont plus présents dans les faibles profondeurs ?

Personnellement, une chose m’a déjà interpelé : lorsque le changement de température est brutal, cela ne semble pas entraîner de modifications dans leur comportement. Par contre, si les températures diminuent progressivement, j’ai déjà pu constater que leur attirance pour la perle diminue aussi.

D’ailleurs, je sais que lorsque les températures sont très proches de zéro dans la Sambre depuis plusieurs jours, le poisson semble bouder la perle. Encore une fois, cela est mon expérience personnelle. Il faut en effet tenir compte de la vraie température de l’eau de l’endroit. Mais aussi du cours d’eau et de bien des caractéristiques. Par contre, et encore une fois personnellement, en parlant de température extérieure au-dessus de 7 degrés depuis plusieurs jours, tout semble possible.

Je pense que l’explication pour la perle est que le poisson n’est plus assez réactif pour avoir le temps de sauter sur la perle. J’en déduis que c’est la pire des saisons pour nos sorties de pêche à la perle du gardon

Le printemps pour la pêche à la perle du gardon

Au niveau du bassin de la maison, les poissons recommencent doucement à venir réclamer les granulés. Mais que les jours où la température dépasse les 15 degrés. Par contre, lorsque la température repasse sous ce niveau, les poissons ne viennent pas trop en surface. Je trouve que ce bassin reste une indication sans plus.

C’est le moment où tout recommence à bouger, que cela soit la nature, les animaux se réveillent et déjà les premières feuilles commencent à pousser.

Au niveau de la Sambre du côté de l’abbaye d’Aulne, les poissons recommencent doucement à revenir dans les courants. Il faudra encore attendre quelques semaines pour que le poisson puisse revenir dans des eaux moins profondes.

Lorsque les températures commencent à se réchauffer, les poissons peuvent être plus actifs, cherchant des zones plus chaudes pour se nourrir après l’hiver. C’est une période en général assez propice pour la pêche à la perle car il ne fait ni trop chaud ni trop froid. Mais le poisson n’est pas encore à son activité maximale pour venir sur les perles.

Bien entendu, encore et toujours, cela va dépendre de plusieurs facteurs. Dans cet article, je vous parle bien entendu de la portion de la Sambre que je connais du côté de Landelies. Ces facteurs sont comme toujours les mêmes : les endroits… s’il y a une centrale ou que sais-je dans les alentours.

Certains pêcheurs d’ailleurs ne mettront à l’eau leurs barques juste avant l’été. De notre côté, en règle générale, cela sera en avril. Avant cela, ça ne sert à rien.

Donc, on va parler de saison de transition et que doucement tout se remet en place. Mais il faudra déjà bien comprendre que les poissons vont commencer à vouloir se reproduire, et quand ils fraient, ils ont bien d’autres choses en tête.

L’été n’est pas toujours l’idéal

Enfin, l’été est là. Cette fois-ci, dans le bassin de la maison, les poissons sont vraiment actifs et cette fois-ci, ils attendent avec impatience leurs granulés. Dès que l’on passe devant le bassin, ils nous suivent. Si on le voulait, on pourrait les nourrir du matin au soir. Mais en même temps, il y a une autre partie qui continue à frayer et cela, ils n’ont rien à cirer des granulés. Cela rejoint ce que j’expliquais ici plus haut.

La nature, quant à elle, pousse encore et encore. Tout est en plein mouvement, que ce soit les animaux divers ou les insectes. Les fruits, quant à eux, commencent aussi à bien pousser. Bref, nous sommes vraiment dans un mode magique.

Dans la Sambre, toutes les barques sont enfin mises à l’eau et cette fois-ci, les poissons sont revenus à des zones moins profondes. Je dirais même que le poisson est présent un peu partout. Ils sont en pleine activité à condition qu’il ne fasse pas trop chaud. Car cette fois-ci, lorsque les températures vont devenir infernales, le poisson va commencer à manquer d’oxygène. D’ailleurs, on pourra remarquer que le poisson va se diriger vers des endroits où l’oxygénation est la plus forte. Il n’est pas rare en Sambre de réaliser de superbes pêches dans des endroits où l’eau ne dépasse pas 50 centimètres.

Pour mon avis personnel, l’été ne sera pas la meilleure des saisons pour la pêche à la perle du gardon. Même avec du matériel au top,

Le matin est la période idéale

Je dois dire que le matin cela fonctionne super bien. Mais encore une fois, cela dépend des endroits et des lieux, comme toujours d’ailleurs. Ainsi le plus dur et le problème que l’on rencontre très souvent, c’est ce manque de courant qu’il va falloir trouver pour que notre perle puisse intéresser nos amis les poissons.

Alors bien souvent, il faudra prospecter, bien analyser le cours d’eau pour trouver ces endroits. Dans notre cas, dans la région de Landelies, il faudra aussi prendre en considération que tout peut changer à tout moment. Que bien souvent lorsque qu’il ne pleut pas, les barragistes ont tendance à essayer de retenir les eaux.

Mais il y a des endroits où je suis presque sûr de trouver du courant. cela fait parties de mes anecdotes

En été, les poissons sont généralement plus actifs, se déplaçant vers des profondeurs plus fraîches pendant les journées chaudes. Les poissons peuvent se trouver dans des zones ombragées ou près de la végétation pour se protéger de la chaleur. Les pêcheurs peuvent utiliser une variété de techniques, y compris la pêche en surface tôt le matin ou tard le soir, et la pêche en profondeur pendant la journée.

Une des meilleures saisons serait bien l’automne

Déjà nous voici en automne. Dans le bassin, au début de l’automne, l’activité est toujours bien présente. Les poissons sont toujours là pour réclamer leurs graines. Cela va se poursuivre jusqu’à ce que les températures puissent être supérieures à 15 degrés. Mais dès que les températures avoisinent les 10 degrés, leur activité ralentit de nouveau. D’ailleurs, il y a de moins en moins de poissons qui viennent réclamer à manger. C’est une des raisons pour lesquelles nous diminuons les quantités chaque semaine pour arriver à un moment à ne plus rien donner.

Dans la Sambre, c’est pareil, les pluies commencent à arriver et les premiers coups d’eau se préparent. Il faudra absolument doucement commencer à retirer les barques. On y fait encore de belles pêches, mais cela devient compliqué car contrairement à l’été, cette fois-ci on a le problème inverse avec le courant qui va parfois trop vite.

Du côté de l’abbaye, nous avons beaucoup de chance car on peut y pêcher à différents endroits en prenant en compte le courant. Par exemple, si le courant est trop fort, on sera sûr de trouver le bon courant au-dessus du déversoir. Ainsi cela ne sera pas bien compliqué de s’écarter au maximum du déversoir supérieur de façon à être le moins possible influencé.

Par contre, si le courant est trop faible, on sait aussi que l’on devra plutôt pêcher dans le déversoir. En effet le courant sera valable. Il ne sera plus question de devoir chercher après du courant. D’ailleurs et de toute façon, nous en aurons, cela sera une bonne chose.

Dès que cela ne sera plus possible de pêcher à cause du courant, on va doucement se rabattre dans les zones où le courant sera nul. Mais il faudra être de nouveau vigilant avec les particules en suspension.

Conclusions des saisons pour la pêche à la perle du gardon

En résumé, la meilleure indication pour la pêche aux perles, comme toujours, sera de chercher des endroits où il y a des pêcheurs avec des appâts divers. Par exemple tels que des graines ou des esches vivantes. Bien entendu, il faudra aussi avoir une psychologie à toute épreuve. Une chose est sûre : si un pêcheur prend du poisson avec des esches traditionnelles, il n’y a aucune raison de ne pas en prendre avec des perles. Je ne sais pas pourquoi bon nombre de pêcheurs font les choses à l’envers. En règle générale, pour les pêcheurs qui ont une canne avec une perle à côté d’eux, on les voit pêcher de cette manière seulement 10 % du temps total de leur pêche. Le reste du temps, c’est de façon traditionnelle. Je dois dire que je n’ai pas compris pourquoi cela ne devrait pas être l’inverse.

Encore une fois, il suffit de regarder attentivement ce qui se passe autour de nous. Notament la métèo en se posant les bonnes questions. Une chose qui, dès le début de la pêche à la perle, m’a interpelé concernant cela, c’est les pêcheurs de carnassiers qui font exactement l’inverse de ce que l’on fait. Ils utilisent des leurres artificiels dans 90 % des cas et ils y croient dur comme fer. Et le résultat est là : ils prennent du poisson avec des appâts artificiels.

Mais ce n’est pas tout, car les pêcheurs à la mouche, sauf erreur de ma part, utilisent eux aussi des leurres. Encore une fois, tout cela est une question de psychologie.

Rejoins-moi sur Facebook pour en parler

Laisser un commentaire

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com