Cet article se sent bien seul sans commentaire(s) postés en bas de page

224 personne(s) aiment cet article depuis le 15/09/2013

Nouveautés

Magnifique pêche à la perle du 15 septembre 2013

Une sortie de pêche d’exeption avec la perle bleu

Ce jour, j’ai vécu une journée de pêche à la perle exceptionnelle dans la rivière de l’Eau d’Heure à Marchienne-au-Pont avec une perle bleu. Levé tôt, j’ai choisi mon spot préféré le long de la rivière, non seulement pour éviter le soleil, mais aussi parce que je connais bien les lieux. Avec le majestueux saule pleureur en face de moi, je me suis senti entouré par la nature, comme en vacances.

En tant que premier arrivé, j’ai pris le temps d’installer mon matériel et de le ranger correctement. J’avais préparé mes Lignes à l’avance, sachant que la rivière peut être imprévisible. J’ai également emporté des bas de Lignes supplémentaires au cas où je casserais.

La rivière de l’Eau d’Heure est un véritable paradis pour les passionnés de pêche. Ses eaux abondantes et sa diversité de poissons en font un lieu privilégié. Située à Marchienne-au-Pont, elle offre un cadre naturel magnifique propice à la détente et à la tranquillité. En choisissant cet emplacement précis, j’ai bénéficié d’un avantage supplémentaire en termes de courants favorables et de bancs de poissons fréquents.

La préparation méticuleuse a joué un rôle clé dans ma réussite. J’ai sélectionné avec soin mes perles J’ai vérifié mon équipement, m’assurant que mes cannes à pêche étaient en parfait état.Ne pas oublier que chaque perle a sa chance dans cette pêche sans oublier la couleur bleu

Une fois sur place, j’ai pris le temps de m’installer confortablement. J’ai disposé mes cannes à pêche de manière stratégique, couvrant une plus grande zone. J’ai organisé mes affaires pour les avoir à portée de main.

Une idée sur ma progression

Pour vous donner une idée de l’ampleur de ma progression, il m’a fallu moins d’un an pour maîtriser la pêche à la perle. les résultats sont étonnants.La perlebleu dans cette technique de pêche déjà prouvé son efficacité.

Je me rappelle encore de mes débuts dans cette même rivière, avec mes farines et ma boîte d’asticots, capturant moins de 10 poissons en quelques heures. Je n’avais aucune connaissance de l’environnement aquatique. Comme beaucoup de pêcheurs, je pensais que l’amorçage était la clé du succès. Je croyais qu’un mélange savant de farines pouvait conduire à des pêches miraculeuses.

Combien d’articles ai-je lus, tous proposant des recettes magiques avec des mélanges d’argile, de terre, de pain d’épice, de vanille, et bien d’autres encore.

Le matin, en arrivant sur place, c’était la grande préparation de ce mélange complexe. Toujours stressé à l’idée de savoir si j’avais ajouté suffisamment de terre, de liant, de dispersant, etc. Puis, lors de l’ajout de l’eau, il fallait faire attention à bien tout humidifier. Bref, un véritable casse-tête dont je me suis finalement séparé.

Désormais, je n’ai qu’une seule et unique chose avec moi : mon mélange de chenevis, de froment et de maïs.

Au fil de ma progression, j’ai réalisé que la pêche ne se résumait pas à des appâts naturels et à des recettes complexes. J’ai découvert que la clé du succès résidait plutôt dans une compréhension approfondie de l’environnement .

En observant attentivement la rivière . J’ai compris l’importance des courants. Plutôt que de me focaliser sur des appâts naturels, j’ai opté pour des perles qui sont souvent plus attrayants pour les poissons.

Un mélange simple et efficace

Le mélange simple de chenevis, de froment et de maïs est devenu mon choix de prédilection. Ces ingrédients offrent une combinaison équilibrée de saveurs et de textures, attirant une grande variété de poissons. De plus, ils sont faciles à préparer et ne nécessitent pas de mélange complexe.

En optimisant ma technique de pêche et en utilisant des perles. Je me suis libéré du stress lié à la préparation de mélanges compliqués et je me concentre désormais sur l’essentiel : comprendre l’écosystème et apprécier le plaisir de la pêche.

Si vous souhaitez vous initier à la pêche à la perle ou améliorer vos performances, rappelez-vous que parfois, la simplicité est la clé du succès. Explorez les eaux avec curiosité, adaptez-vous aux conditions et choisissez des perles qui correspondent aux préférences des poissons. Vous pourriez être agréablement surpris par les résultats que vous obtiendrez.

La congélation et de la décongélation

Imaginez-vous arriver au bord de l’eau avec une tranquillité d’esprit absolue, sachant que vous n’avez plus à préparer ce mélange complexe. Il vous suffit de cuire du chenevis et du froment en grande quantité, de le congeler et de décongeler une portion lorsque vous souhaitez aller pêcher. Après votre session de pêche, rien ne se perd, vous pouvez congeler le reste sans problème. Il est important de noter que ce mélange de graines peut être congelé et décongelé à volonté. C’est vraiment la solution idéale !

Cette méthode de préparation et de congélation de votre appât offre de nombreux avantages. Tout d’abord, elle vous permet de gagner un temps précieux lors de vos sorties de pêche. En cuisant une grande quantité de chenevis et de froment en une seule fois, vous avez un approvisionnement suffisant pour plusieurs mois. Vous n’avez plus à vous soucier de préparer un mélange complexe à chaque fois que vous souhaitez pêcher.

De plus, la congélation de votre appât vous permet de conserver sa fraîcheur et ses qualités attractives. Les graines, une fois décongelées, gardent leur texture et leur goût d’origine, ce qui les rend tout aussi efficaces pour attirer les poissons. Vous avez ainsi la garantie d’avoir un appât de qualité à chaque session de pêche.

En adoptant cette méthode, vous évitez également le gaspillage. Vous pouvez congeler les portions non utilisées et les utiliser ultérieurement, réduisant ainsi le gaspillage alimentaire. C’est une approche écologique qui vous permet de maximiser l’utilisation de vos ressources et de contribuer à la préservation de l’environnement.

En finir avec les asticots

Mais ce n’est pas tout. En finir avec les asticots qui traînent dans le réfrigérateur, qui n’a jamais connu cette situation ? Et puis, vous vous retrouvez désemparé au bord de l’eau, n’ayant comme seul appât que des asticots. Et lorsque le temps devient pluvieux ou qu’il fait vraiment froid, manipuler ces asticots peut devenir un vrai calvaire. Sans parler du fait que de nombreux pêcheurs ne se lavent pas les mains avant de manger. Mais bon, chacun a ses propres sensations.

Retour sur ma sortie de pêche à la perle

Revenons à ma sortie de pêche. Dès que je peux commencer à pêcher avec la perle, environ 30 minutes avant le lever du jour, je lance ma première coulée. C’est un excellent signe lorsque je sens les poissons venir frapper contre ma ligne. À ce stade, je ne sais pas encore ce qu’ils cherchent à attraper. Cela peut être les plombs, le fil ou même la perle.

La sensation de sentir les poissons frapper contre ma ligne est à la fois excitante et prometteuse. C’est un signe clair que les poissons sont bien présents dans la zone de pêche. Lorsque je ressens ces touches, je reste concentré, prêt à réagir au moindre mouvement de la ligne.

Il est important de souligner que la perle joue un rôle essentiel dans cette technique de pêche. La perle imite les œufs ou les petits poissons, attirant l’attention des poissons prédateurs. Elle offre également un point d’ancrage solide pour le montage de la ligne. En choisissant des perles de différentes couleurs et tailles, vous pouvez adapter votre approche en fonction des préférences des poissons et des conditions de pêche.

Il faut chercher …

Il faut chercher. La première chose que je fais, et qui est la plus facile à mon sens, c’est de changer de perle.
effet j’aurais plus facile de faire le tour de ma quinzaine e perles.que de changer la plombée
Cette fois ci encore je ne me suis pas trompé et c’est vraiment impressionnant ce que le changement de perle peux provoquer
Ce jour apparement c’est la perle bleue. Elle touche à peine le fond que le premier gardon sort de l’eau. C’est super.

Mais une chose me tracasse et m’agace, c’est la longueur de ma ligne. Psychologiquement, cela ne me convient pas du tout. Elle est beaucoup trop longue à mon idée, je dois la diminuer d’au moins 30 cm. Sans attendre de prendre les futurs gardons, je recoupe ma ligne. Je repasse pour une deuxième coulée, toujours avec la perle bleue, et hop, de nouveau un gardon, mais cette fois je dois le sortir avec l’épuisette. Un nouvel lancé, c’est reparti, encore un gardon à sortir avec l’épuisette.

Osez tester d’autre perles quand le poisson est mordeur

Je me pose une question : que donnerait-ce avec une perle noire et deux grains blancs ? Subitement, cela se calme, ce n’est plus qu’un gardon toutes les 3 ou 4 coulées. Parti sur ma lancée, j’essaie ma perle grise. De nouveau, je sens le poisson taper, mais impossible de les prendre. Je remets donc ma perle bleue, le rythme est retrouvé, en moyenne un gardon toutes les deux coulées.

Vers 10h00, Daniel, un très bon pêcheur de chenevis, vient me rejoindre. Nous discutons un peu ensemble et il a du mal à croire ce que je sors de l’eau, pourtant les faits sont là, les gardons sortent de l’eau. Il reste tout aussi étonné lorsqu’il me demande la couleur de la perle.

Daniel s’installe quelques mètres en aval de moi, il attrape du poisson, mais comme il me dit, cela ne suit pas. Il m’avoue également que c’est très dur.

La conclusion de cette pêche à la perle bleu

En conclusion de cette sortie de pêche avec la perle bleu, je compte pas moins de 152 gardons de belle taille en 10 heures de pêche, pour un poids total de 11 kilos. Cette sortie de pêche avec la perle bleu a été marquée par de nombreux cassages sur de gros poissons présents sur place.

Pendant cette session de pêche, j’ai pu constater l’importance de l’ajustement de la longueur de la ligne et du choix de la perle. Ces petits détails peuvent faire toute la différence dans la capture des poissons. La perle bleue s’est avérée particulièrement efficace, attirant les gardons en grand nombre. Cependant, il est intéressant d’expérimenter avec d’autres couleurs de perles et de formes diverses pour trouver la combinaison idéale selon les conditions de pêche.

Il est également important de noter que la présence d’un autre pêcheur à proximité peut influencer les résultats. Même si Daniel est un pêcheur expérimenté, il a rencontré des difficultés à obtenir les mêmes résultats que moi. La pêche est parfois imprévisible et peut varier d’un pêcheur à l’autre, même sur un même spot.

N’oublie pas que désormais ma chaine youtube est prête

Le membre Phil-le-perleur a été pêcher à Marchienne-au-pont le 15 septembre 2013
dans eau d'heure
Conditions météorologiques Soleil

Le membre a pêché avec Perle

La durée de la séance de pêche a été de 10h00 pour un total de 152 poissons

La moyenne des captures est de 15 poissons par heure

le détail des prises

152 gardon(s)

Nombre de jours restants pour visualiser les données météorologiques avancées 123 jours.

Pour rappel

Pour continuer à profiter de ce service, il faudra absolument poster 3 sorties de pêche par an avec des photos.

Vous devez être connecté pour voir les conditions météorologiques avancées. Connectez-vous ici.

Laisser un commentaire

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com